Jump menu

Main content |  back to top

Répondre aux besoins mondiaux croissants en énergie et protéger l’environnement nécessite de nouvelles technologies, de nouveaux partenariats et de nouvelles méthodes d’exploitation.

Shell et le changement climatique

null

En 1997, nous avons été l’une des premières entreprises énergétiques à reconnaître la menace du changement climatique, à appeler les gouvernements, notre industrie et les consommateurs d’énergie à prendre les mesures qui s’imposent et à agir. Nos tout derniers scénarios énergétiques démontrent que les combustibles fossiles continueront de satisfaire la majeure partie des besoins mondiaux croissants en énergie pendant plusieurs décennies.

La gestion des émissions de CO2 provenant du charbon, du pétrole et du gaz naturel est par conséquent essentielle dans la lutte contre le changement climatique résultant de l’activité humaine.

Notre approche comprend les mesures suivantes :

  1. Accroître l’efficacité de nos activités.
  2. Mettre sur pied une capacité importante de captation et stockage du dioxyde de carbone (CCS). Les technologies sous-jacentes pour la captation et le stockage du CO2 sont éprouvées et nous nous sommes engagés dans divers projets afin de mettre en pratique rapidement notre savoir-faire dans ce domaine.

  3. Poursuivre la recherche et le développement de technologies permettant d’augmenter l’efficacité et de réduire les émissions provenant de nos activités.
  4. Développer activement des sources d’énergie à faibles émissions de CO2, y compris en augmentant notre production de gaz naturel et mettre au point de nouveaux carburants, notamment des biocarburants.
  5. Contribuer à gérer la demande énergétique en développant le marché des produits et services (carburants plus performants et lubrifiants haute performance, par exemple) qui permettent à des millions de particuliers et d’entreprises de consommer moins d’énergie et d’émettre moins de CO2.
  6. Encourager activement les gouvernements à fournir un cadre politique international efficace pour la gestion des émissions de CO2 et d’autres gaz à effet de serre.

Gestion de l’impact sur l’environnement

Biodiversité : Shell s’efforce de protéger la biodiversité et d’encourager la conservation des espèces. En plus de mettre en œuvre nos plans d’action en faveur de la biodiversité, nous collaborons avec des associations de conservation majeures, dont Wetlands International et l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN) afin de soutenir la recherche en vue, par exemple, d’une meilleure identification des espèces menacées.

Prévention des déversements : Les déversements de pétrole et produits pétroliers peuvent nuire à l’environnement et mettre notre personnel et les communautés voisines en danger. Bien que les déversements de pétroliers attirent beaucoup l’attention du public. Dans la réalité, ces phénomènes se produisent très rarement.

En 2008, les navires que nous gérons ont transporté 40 millions de tonnes de matières premières et aucune quantité n’a été déversée. Nous réduisons de manière régulière les quantités de pétrole et de produits pétroliers déversées sur nos sites d’exploitation ou lors de nos activités. Grâce à des améliorations permanentes de nos méthodes d’exploitation et de maintenance de nos sites, ces déversements sont de près de 80% inférieurs à leur niveau de 1998.

Prise en charge du problème de la pollution atmosphérique provenant de nos activités : Shell travaille en permanence à la réduction des émissions polluantes locales provenant de ces activités. Cette initiative englobe un large éventail d’investissements visant à moderniser les installations, à mettre en place des équipements de combustion plus propre et à utiliser une technologie de captation du dioxyde de soufre.

Réduction de notre consommation d’eau : Les nouvelles technologies jouent un rôle essentiel dans la réduction de notre consommation d’eau. Notre usine Pearl GTL, au Qatar, par exemple, a été conçue afin de ne pas prélever d’eau douce dans l’environnement aride. Le projet Schoonebeek, aux Pays-Bas, réutilisera les eaux usées municipales afin de produire de la vapeur. A Oman, un projet en cours de réalisation vise à planter des roselières qui purifieront les 45 000 m³ d’eau ramenés à la surface chaque jours lors de l’extraction de pétrole.

Page Outils